800 euros par mois pour réfléchir !

Lors du dernier conseil municipal, Christine MISIN de mieux vivre à Donges a interpellé le Maire, sur le paiement de 800 euros, par mois, pour la location de l’ancien magasin, sous enseigne CARREFOUR MARKET, rue la Paix.

Loué 800 euros, le temps de réfléchir

Loué 800 euros, le temps de réfléchir !

Ce local est actuellement loué par la commune, mais reste inutilisé ! Il fait l’objet d’une réflexion, par l’équipe majoritaire, pour éventuellement réaliser un projet de transfert de la médiathèque. Le maire se justifie sur le paiement d’un loyer pour faire patienter le propriétaire, il craint un intérêt des promoteurs immobiliers et déclare que les propriétaires du bâtiment ont besoin de trésorerie !

Notre questionnement porte sur :

  • L’absence d’élaboration d’un réel projet, plutôt qu’une idée,
  • L’absence d’étude de faisabilité,
  • L’absence de lancement d’une étude qui permettrait de chiffrer ce projet, personne n’a pu donner une idée du coût,
  • L’absence d’une préemption (alors que la préemption est un droit légal  des communes pour acquérir un bien, justifiant de l’intérêt général),
  • L’absence d’étude comparative entre ce projet et une restructuration de l’actuel bâtiment, ni d’ailleurs de réflexion sur l’avenir des médiathèques.

Nous sommes étonnés que la majorité ne produise aucun projet écrit. Le lancement d’une réflexion sur l’avenir des activités médiathèques pour les dix ans à venir, est pour nous, un préalable pour connaître les besoins réels. Aucun chiffrage pour un projet qui semble être devenu le projet prioritaire du maire, alors que les élus ne l’ont pas prévu dans les investissements 2019 et 2020 !

Nous estimons que l’argument de payer un loyer de 800 euros par mois pour aider un propriétaire, ayant un manque de trésorerie, n’est pas justifié. Nous n’avons pas d’état d’âme, tous les contribuables en sont là : nous avons tous besoins de trésorerie !

Le paiement d’un loyer pour un local inutilisé, par peur des promoteurs immobiliers, nous semble exagéré, la commune conserve des prérogatives pour réaliser ses projets. L’actuelle médiathèque qui offre aux usagers de nouvelles activités culturelles, mérite une plus vaste réflexion, y compris pour son emplacement actuel. Nous restons vigilants sur l’avancement de ce projet et nous continuons à vous informer sur l’actualité municipale, la presse ayant visiblement occulté l’intervention légitime de Christine MISIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.