Conseil municipal du 26 septembre 2019 – L’affaire des enfants stigmatisés à la cantine de Donges

L’affaire des enfants stigmatisés à la cantine de Donges. Mieux vivre à Donges déplore que des personnes aient eu la lâcheté de s’attaquer à des enfants ! (voir notre article: ils ont osé!)

Les élus mieux vivre à Donges, Mikaël DELALANDE et Christine MISIN ainsi que le groupe Donges pour tous (madame ALBERT) avaient déposé une question concernant le refus de servir un repas à des enfants, le jour de la rentrée. Nous nous sommes exprimés dans ces termes :

Mikaël DELALANDE : « Lors du conseil du mois de mai 2019, Marc DEMORA, trésorier municipal, nous faisait part des impayés de la cantine. Madame MISIN s’inquiétait déjà des sous-entendus en commission pour refuser des enfants à la cantine pour la rentrée de septembre. Stigmatiser, discriminer des enfants pour faire pression auprès des parents, est intolérable. C’est insupportable ! Nous déplorons, que des personnes aient eu la lâcheté de s’attaquer à des enfants ! Pour nous la question des impayés est une question d’adultes. La bienveillance dans les écoles pour le bien-être de l’enfant est un devoir pour les élus. Comment la municipalité est-elle arrivée à appliquer une telle décision ? »

La conseillère libre et indépendante, madame ARDEOIS n’a pas posé de questions mais est intervenue pour défendre le maire et dédouaner les élus de la majorité dans l’esprit du faux-nez (voir notre article) et accuser des cadres de la ville.  Elle a fait une révélation plus que surprenante :

 « Concernant l’école privée Saint-Joseph  » une seule élève était concernée par un impayé et a été récupérée par la DGS (NDLR : directrice générale des services, madame Maïolique PARIS-CHOLET) qu’elle a déplacée en mairie pour être confiée à un agent ». Cet agent n’avait aucune qualification pour s’occuper des enfants. Cette DGS n’avait pas le droit d’agir de la sorte, car elle ne disposait d’aucune autorisation parentale pour déplacer l’enfant et que la raison n’était pas liée à un problème de sécurité. Elle a même fait courir un risque potentiel à l’enfant et à l’agent qu’elle a laissés seuls, cela n’est plus autorisé en raison des risques d’attouchements, etc…».

Si la révélation est confirmée, les faits sont très graves !

Monsieur le maire s’est dédouané de toute responsabilité dans cette affaire. Il assure que le dispositif n’avait jamais été acté par les élus pour que des enfants soient privés de cantine. Rentré de vacances le 31 août, il n’avait pas eu connaissance du dispositif mis en place par sa DGS, malgré un courriel envoyé pour lui et pour les adjoints ! Nous sommes surpris qu’un maire soit absent les jours précédents une rentrée scolaire pour superviser son bon déroulement ! On peut légitimement se demander s’il y a un capitaine à bord ! En l’absence du maire, que faisaient les adjoints qui  sont censés conduire l’action municipale en l’absence du maire ?  Le lendemain de ce conseil municipal, nous avons appris que madame SALMON, adjoint personnel communal et relations humaines, aurait démissionné du conseil. Cette démission serait-elle liée à cette affaire de cantine ? L’adjointe a-t-elle eu un rôle dans la prise de décision de ne pas servir de repas, sachant sa proximité avec la DGS ?

Des conséquences devront être tirées de cette affaire, nous restons très attentifs aux suites données et espérons que toute la lumière a bien été faite. Si la responsabilité est rejetée sur une cadre de la ville, sans la complicité d’élus, François CHENEAU, le maire assume le dysfonctionnement, mais n’assume pas la responsabilité politique. Il convient que c’est un abus de droit.

Le groupe Donges avec vous avec monsieur NICOLLET est resté mystérieusement silencieux sur cette question qui a choqué les Dongeois.

Nous attendons les actes annoncés à la suite de cette affaire.

 

du 2 octobre 2019

Enfants privés de cantine :« Des mesures vont être prises »

En conseil municipal, les élus de l’opposition sont revenus sur le cas des enfants refusés à la cantine en raison de factures impayées par leurs parents. « Quelle consigne avait été donnée aux élus et au personnel ? », interroge Alain Chazal, de Donges pour tous. « Comment la municipalité est-elle arrivée à appliquer une telle décision ? », demande Mikaël Delalande, de Mieux vivre à Donges ? La conseillère indépendante Martine Ardeois se dit « choquée par le comportement inadapté du cadre du service scolaire. En revanche, je salue l’attitude appropriée des agents de service ! » Le maire, François Chéneau, après avoir rappelé qu’il était sur son lieu de vacances le jour de la rentrée, a expliqué qu’au printemps dernier, des mesures d’accompagnement des familles endettées avaient été mises en place, « sous forme de paiement différé ou échelonné ou d’orientation vers le centre communal d’action sociale. Nous avions annoncé que les familles refusant cet accompagnement s’exposaient à des refus d’inscription, mais il n’a jamais été acté en bureau municipal qu’un enfant soit privé de repas ! Un cadre ne doit pas prendre sans concertation de telles décisions. C’est de l’abus de droit. Des mesures vont être prises. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.