Presse – Conflit social à la ville de Donges

Ouest-France du 11/02/2017


Débrayage des agents en mairie, hier

Une cinquantaine d’agents, sur les 130 que compte la ville au total, ont cessé le travail, hier, en début d’après-midi à la mairie de Donges, durant une petite heure. C’est une intersyndicale Unsa, CFDT et CGT qui avait appelé à ce mouvement. Motif : un changement d’organigramme des services. Pour les syndicats, « il n’y a pas eu de concertation de la part du maire, seulement de l’information » . Le maire, lui, ne comprend pas ce reproche. « Il y a eu trois réunions avec les syndicats sans compter les échanges dans les services ». Pour François Chéneau, « le mobile réel du mouvement, c’est un problème de personne. Un seul changement de poste est prévu dans le cadre de ce projet. Sans modification de rémunération ou de responsabilité, d’ailleurs. Cela ne change rien pour les autres agents. » Sur le fond, il s’agit de réorganiser les services municipaux en cinq pôles correspondant aux principales fonctions de la collectivité : éducation et citoyenneté, solidarité, culture, aménagement, patrimoine. Les trois syndicats ont voté contre ce projet, lors du comité technique qui s’est tenu à l’issue du débrayage, hier. Les grévistes ont reçu le soutien du groupe d’opposition Mieux Vivre à Donges qui demande au maire « de reconsidérer son projet dans le dialogue et le respect du droit syndical. »

du 11/02/2017

Le dialogue peine à s’établir

Jeudi, une cinquantaine d’agents communaux de la ville ont répondu à l’appel des organisations syndicales en observant un arrêt de travail d’une heure dans le hall d’accueil de la mairie. Ils dénoncent en bloc : « La valse des postes qui entraîne la dégradation de la qualité de vie au travail, des concertations tronquées, des actes d’intimidation à l’égard des représentants syndicaux, un manque de clarté et de positionnement de certains élus et le non-respect des instances paritaires ».

La « surprise » du directeur général des services

« Ce débrayage de moins d’une heure, suivi par une trentaine d’agents municipaux sur les cent cinquante que compte la commune nous a surpris. Nous ne comprenons pas où se situe le manque de concertation préalable avec les agents et les organisations syndicales. Ce projet a fait l’objet de présentations à l’ensemble des services et trois réunions informelles préalables à la séance du comité technique se sont tenues avec les représentants du personnel. Nous n’avons été destinataires d’aucune objection. Quant au contenu du projet de nouvel organigramme et les procédures réglementaires préalables à la mise en œuvre de ces changements, ils ont été respectés. Ce projet ne modifie ni les missions des agents ni les attributions de chaque service », a déclaré Landry Boutin, le directeur général des services.

Un mouvement qui reçoit le soutien d’élus

Les élus de la liste « Mieux Vivre à Donges » ont apporté leur soutien aux agents dans l’action. « Nous regrettons l’absence de communication, de concertation et de dialogue de la municipalité avec le personnel et les organisations syndicales. Le maire qui voulait rétablir la confiance du personnel voit sa politique se solder par un échec. Si nos interventions sur la gestion des ressources humaines provoquent les colères du maire qui veut faire du « Fillon avant l’heure », le mouvement des agents municipaux nous donne raison », ont déclaré Mikaël Delalande et Christine Misin. De leur côté, les élus d’opposition du groupe « Donges pour tous » animé par Alain Chazal, Viviane Albert et Claudine Moriclet ont apporté leur soutien au mouvement des agents. « Pour vous avoir côtoyé pendant plusieurs années, nous connaissons votre sérieux et l’attachement que vous avez au service public. Nous ne pouvons accepter que vous soyez traités de la sorte et nous sommes complètement solidaires de votre mouvement », ont-ils déclaré dans une lettre ouverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *