Donges, commune gravement surendettée

du 13 mars 2015

De par sa situation budgétaire, la commune est dans les radars de surveillance de l’État. Explications. « On a été à deux doigts de la rupture…  » François Chéneau, maire (divers droite) de Donges, l’assure : son arrivée à la tête de la commune, en mars dernier, n’a pas été une sinécure. « On savait que la situation budgétaire était sinistrée, on n’a pas été déçu. » La ville a sur les bras deux emprunts toxiques (soit 3,8 M€ de capital restant dû) qu’elle souhaite solder au plus vite. « On a déposé des dossiers fin 2014 auprès du fonds de soutien créé par l’État afin d’obtenir une prise en charge partielle des coûts de sortie de ces prêts. » Les indemnités de résiliation anticipée sont estimées à 640 000 €. « Même si ces emprunts se comportent bien actuellement car ils ne sont pas indexés sur le franc suisse, tout nous pousse à en sortir, énonce le maire. La préfecture nous recommande une telle option. À terme, « on laisserait encore des plumes. «  Ironie de l’histoire : ce qui plombe les finances de la ville, pointe François Chéneau, c’est le volume des prêts, alourdi par les derniers emprunts à taux fixe contractés en 2012 et 2013 pour financer la construction d’une école maternelle de dix classes. Le projet, soutient le maire, était « démesuré ». De fait, la commune est « surendettée ». Son budget est de 10 M€. La dette a flambé et atteint 12,1 M€. Situation qui vaut à la collectivité d’être inscrite dans le réseau d’alerte de la Direction générale des finances publiques. « On a un ratio de surendettement de 15 ans. » Impôts : pause fragile. Les élus ont décidé de faire une pause en matière de hausse des impôts locaux en 2014. « On s’est engagé à n’augmenter les taux qu’en dernier recours. Mais on ne tiendra pas tout le mandat sans les toucher », prévient encore François Chéneau, qui a décidé de calquer son programme sur cet adage : « Quand on n’a pas les moyens de sa politique, on a la politique de ses moyens ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.