Interventions – conseil municipal du 26/06/2014 – L’heure de vérité!

salle du conseil3La présentation du compte administratif et l’analyse des finances de la ville par la trésorière municipale sont un instant attendu par les membres de « Mieux vivre à Donges ». Qualifié d’alarmiste, de propagande électoraliste, nos analyses et la présentation des chiffres que nous avons livrées aux Dongeois sont malheureusement établies dans les documents livrés ce soir.  Les informations également transmises lors de la dernière commission des finances nous laissent dans un état de colère ! Comment a-t-on pu nous donner des ratios financiers en séance du conseil municipal du 20 février 2014 de 11.7 années de capacité de désendettement, alors que le dernier rapport du cabinet koffler indiquait 16,1 années, sur ce point, c’est un sentiment d’amertume sur les conduites des affaires de la ville c’est un sentiment de désillusion sur les pratiques. Lors de la dernière commission des finances, vous avez Monsieur le Maire, révélé que Madame Risico, trésorière municipale avait tiré la sonnette d’alarme dès 2012! La question est de savoir auprès de qui, on s’en doute mais la question mérite d’être posée auprès de la receveuse municipale, qui j’espère aura l’occasion de venir en séance du conseil pour mieux nous éclairer sur le suivi de nos budgets.

Ces alertes signifient que les prospectives optimistes pour les investissements de la fin de mandat étaient erronées, voire insincères ! Le “ripolinage” des ratios n’a donc pas permis au conseil municipal de comprendre l’ampleur de la situation. La coupe est pleine, résultats :

  • Une capacité d’autofinancement qui tombe à 32 461€
  • Une dette de 12 millions d’euros
  • Une situation fortement dégradée
  • 16.4 années de remboursement de la dette alors que la moyenne du département c’est 3 ans et 8 mois.
  • Des lignes en fortes augmentations comme « fêtes et cérémonies » avec une augmentation de 43 575€ soit 50,4%. Quand on fait partie des «  initiés » sur l’état de la dette comment peut-on se permettre de telles dépenses ?
  • Un prêt de 1 500 000€ contracté fin décembre dont nous n’avons toujours pas d’explications sur son affectation.

Dans ces conditions, une information juste et éclairée du conseil municipal aurait permis d’éviter bien des égarements pour les investissements des années 2013 et surtout 2014 comme la salle de la Pommeraye, la préemption du terrain était suffisante pour préparer l’avenir, autre investissement également peu judicieux sous la forme et le fond  dans ce contexte, la ½ place Armand Morvan, sans parler de la liaison micro-crèche ! Si on retient le ratio de l’endettement par habitant on découvre dans le compte administratif qu’il passe de 1386€ à 1710 €, soit 324 € ce qui est énorme, en un an la dette augmente donc de 2 284 200€ avec un remboursement annuel de plus 1 100 000€.

De ce constat, qui ne laisse aucune marge de manœuvre, les élus que nous sommes doivent faire preuve de responsabilité et proposer des mesures d’économies avec le défi d’équilibrer nos comptes et de maintenir un service à la population.  Il faudra du courage, mais aussi de l’audace. Mikaël DELALANDE


Nous avons ce soir, la preuve par les services de l’état, d’une détérioration importante & inquiétante de la situation financière de notre commune.

  • Oui, une commune se doit d’investir pour préparer l’avenir,
  • Oui, une commune doit apporter à l’ensemble de la population locale, le meilleur service possible, et cela passe par des aménagements à réaliser,
  • oui, il revient à “l’équipe municipale” de prendre des engagements forts, et certains engagements comme la nouvelle école maternelle, l’ont été d’ailleurs durant le dernier mandat,
  • Oui, une absence de dette peut témoigner d’une gestion “pépère” et d’un inquiétant manque de dynamisme de la commune.

Mais, il doit y avoir une maîtrise de l’endettement, être élu c’est avoir le respect des deniers publics, le devoir de l’intérêt général avec un esprit de responsabilité. Hors, il semble y avoir eu une “banalisation” du risque d’endettement! Le recours à l’emprunt, de façon excessive donne l’illusion de disposer de moyens financiers, illusions qui se transforment en cauchemars pour les équipes municipales qui succèdent! Il y a eu un manquement à maîtriser l’évolution de la dette, au lieu d’y remédier ces 2 dernières années, l’adjoint aux finances a préféré laisser la situation se dégrader jusqu’au point critique d’aujourd’hui. L’équipe “Mieux vivre à Donges” portée par Mikael Delalande, avait alerté durant la campagne municipale sur la détérioration de la ville, nous avions même fait état des chiffres qui nous sont présentés ce soir :

  • certains nous accusaient de pessimisme,
  • certains affirmaient au conseil municipal de février 2014, je cite : “la situation n’est pas préoccupante, juste un peu tendue, il faudra faire attention à nos dépenses mais pas se serrer la ceinture”!
  • certains ont affirmé que l’épargne brute n’était que de 11,7 années,
  • certains m’ont tenu le discours “on ne gère pas une commune comme une entreprise privée”!,

À quoi je réponds : “bien dommage… c’est tellement facile de dépenser quand il s’agit de l’argent des autres, l’argent des contribuables!!!” Pour nous, “être de gauche” n’empêche pas d’être gestionnaire! La nouvelle majorité hérite d’une situation pour laquelle la responsabilité ne peut êre incombée. En revanche, ayant pris conscience de la situation financière de la ville, il revient aujourd’hui à cette majorité de prendre les mesures nécessaires à l’amorce d’un redressement de la commune, dans les meilleures conditions financières pour les contribuables! Christine MISIN